Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Site officiel d'Eric Laurent

Ecrivain et grand reporter, reportages, articles de presse, livres, parutions...


KARL MARX AVENUE

 

Publication (XIIIes.) : substantif féminin. Action de rendre public, de faire connaître quelque chose à tous. Empr. au Lat.tard. PUBLICATIO "Action de dévoiler".

Nul terme latin ne conviendrait mieux pour présenter les recherches d'Eric Laurent, son travail d'investigation et ses écrits. Vous trouverez chaque semaine dans cette rubrique des extraits ou préfaces des différents ouvrages publiés depuis le commencement de sa carrière.

KARL MARX AVENUE

Un ouvrage d'un genre complètement différent. Eric Laurent est également auteur de romans d'espionnage. Ce premier roman "Karl Marx Avenue", publié aux éditions "Olivier Orban" en 1987, "brosse, sur plus de quarante années, une grande fresque romanesque aux personnages hors du commun."


Extrait :

"Rotterdam était un port gigantesque, dont Herman Keunstromn pouvait embrasser chaque détail.

De son bureau, installé au dix-huitième étage d'un immeuble moderne, on apercevait l'estuaire, puis le Beer Kanaal emprunté par les remorqueurs tirant les navires et enfin l'Europoort situé près de la nouvelle raffinerie.

Il pouvait déceler chaque mouvement au sein de cet univers démesuré. Sauf aujourd'hui. Des rafales de pluie tombaient violemment et giflaient les vitres. le paysage était noyé, brouillé et les chargements entreposés sur les quais, tout comme les immenses grues à l'arrêt, n'apparaissaient qu'estompés.

Keunstromn observa quelques instants un vol de mouettes qui tourbillonnaient éperdues et semblaient vouloir échapper à la tempête. Le baromètre était au plus bas, et pas seulement pour le temps. Au delà de ce rideau de pluie et de brouillard qui enveloppait Rotterdam et semblait gagner la majeure partie de la mer du Nord, le Hollandais distinguait déjà des silhouettes menaçantes. Celles des trois supertankers repérés au large des îles Shetland et qui, dans moins de deux jours, à quelques heures d'intervalle, viendraient accoster à l'Europoort.

Et s'il ne trouvait aucune solution, dans moins de quarante-huit heures, il serait un homme ruiné.

Keunstromn était un des principaux courtiers opérant sur le marché libre de Rotterdam, où s'opéraient plus de la moitié des transactions pétrolières mondiales. Même les pays producteurs traditionnels, comme ceux du Proche-Orient, préféraient désormais négocier sur ce marché spéculatif, à haut risque, mais à gains élevés, plutôt que de passer des contrats fixes avec leurs partenaires habituels, les grandes compagnies pétrolières. Un marché longtemps à la hausse, qui autorisait et justifiait les coups d'audace les plus démesurés. Les opérations menées par certains, et les commissions qu'ils empochèrent, leur avaient permis de constituer de véritables fortunes.

Herman Keunstromn était de ceux-là. Et il risquait maintenant de tout perdre. Depuis six jours, il multipliait télex et appels téléphoniques à travers le monde entier pour tenter de trouver preneur pour les un million quatre cent mile tonnes de brut transportées par les trois navires chargés à ras bord. Sans succès.

Le marché pétrolier avait changé. Un retournement attendu qui s'était transformé en un véritable effondrement des cours. Il avait acheté les cargaisons peu après leur chargement, sur le terminal pétrolier de l'île de Kharg appartenant à l'Iran, au fond du détroit d'Ormuz."

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents