Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site officiel d'Eric Laurent

Ecrivain et grand reporter, reportages, articles de presse, livres, parutions...


La Face cachée du Pétrole

Publié par Eric Laurent sur 6 Mars 2007, 19:26pm

Catégories : #Energies

Postface

La Face cachée du Pétrole

  J’ai été surpris de l’accueil extrêmement favorable réservé à ce livre, dès sa parution en mars 2006. Ecrire sur le pétrole, qui plus est d’une manière qui remet en cause les vérités admises, n’est pas un exercice facile. Les grandes compagnies, les pays producteurs et de nombreux journalistes spécialisés, qui reproduisent servilement les discours et les chiffres officiels sur un pétrole abondant et bon marché, n’aiment guère qu’on vienne leur porter la contradiction. Depuis des décennies l’univers pétrolier est celui du règne de la désinformation. Mais j’ai pu observer au cours des 12 derniers mois un phénomène passionnant qui bat en brèche toute cette stratégie : la prise de conscience de l’opinion et sa mobilisation. 

   Un changement radical est en train de s’opérer. Les individus deviennent à la fois plus lucides face à la gravité des défis et plus sceptiques face aux propos lénifiants que leur tiennent les responsables politiques. Désormais nous savons que nous allons devoir vivre dans un contexte mondial dangereux et incertain, avec un pétrole de plus en plus cher qui ira en se raréfiant. 

  Pourtant, face à ces échéances critiques les acteurs pétroliers, grandes compagnies et pays producteurs, continuent impassibles de pratiquer la même stratégie du secret. Bien sûr, ils inondent les médias de chiffres censés refléter le niveau de production et l’état des réserves prouvées. Mais aucune de ces données n’est vérifiable. Selon un banquier britannique « Pas un investisseur à travers le monde n’accepterait d’investir de l’argent à partir d’informations aussi vagues ». Le seul moyen de déterminer avec précision l’état des réserves mondiales et  l’ampleur de leur déclin, serait de connaître la production, gisement par gisement. Deux cent cinquante champs pétrolifères produisent entre 80 et 85 % des 85 millions de barils consommés quotidiennement à travers la planète. Pour l’immense majorité d’entre eux il est impossible d’avoir accès à ces informations. 

  Nous savons seulement que la taille des gisements découverts décline depuis plusieurs décennies. Les dernières zones pétrolières de grande ampleur, une partie de l’Alaska, la Sibérie occidentale et la Mer du Nord, ont été localisées entre 1967 et 1969. La découverte du dernier gisement « super géant », Cantrell au Mexique, remonte à 1976. Et pourtant les progrès technologiques permettent désormais de forer à plus de 12 kilomètres de profondeur, à un coût pratiquement identique à celui des forages effectués en 1859 par le colonel Drake à 20 mètres. 

   La flambée des prix du brut a renforcé la position financière et l’influence politique des quatre premiers pays producteurs, l’Arabie Saoudite, la Russie, l’Iran et le Venezuela. Les revenus annuels du Venezuela sont passés de 21 milliards de dollars en 2002 à 50 milliards de dollars en 2006 ; durant la même période les revenus annuels de l’Iran sont passés de 19 milliards à 60 milliards de dollars.

   Les gouvernements de ces pays, avec des stratégies diverses, utilisent l’arme du pétrole au service d’une politique ouvertement anti-américaine et souvent anti-occidentale. Les pétro dollars saoudiens financent l’extrémisme islamique et souvent le terrorisme ; l’Iran veut asseoir son hégémonie régionale et menace d’interrompre ses approvisionnements pétroliers au cas où une intervention militaire serait envisagée contre son territoire ; le Venezuela utilise sa manne pétrolière sur le continent sud américain pour étendre son influence et réduire celle des Etats-Unis. Moscou développe une véritable diplomatie gazière et pétrolière. Elle lui permet de remettre au pas d’anciens satellites indociles, comme l’Ukraine, de retrouver une influence en Asie, courtisé par Pékin et Tokyo. Enfin, le projet de gazoduc en Europe offrirait à la Russie un moyen de pression sur les pays de cette zone et l’occasion d’une revanche sur l’embargo décrété par l’administration Reagan au début des années 80. Ces quatre pays producteurs de pétrole ont également un autre point en commun : leur volonté de rester en marge de la mondialisation en cours. Un expert a écrit : « Le capitalisme à l’échelle planétaire crée une demande, qui contribue à créer des espaces non capitalistes. » Ces pays rentiers sont des îlots d’exception au sein de l’économie mondiale. Des acteurs incontournables mais hostiles qui pèseront lourds dans la guerre des ressources qui se dessine actuellement à travers le monde.

Eric Laurent

9 janvier 2007

Sortie du livre "La Face cachée du Pétrole" en édition Univers Poche début mars.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vincent 24/10/2007 19:06

Bonjour,

Dans votre livre, vous chiffrez les reserves mondiales à 900 milliards de barils. Dans un récent supplément du Monde, elles étaient évaluées à 2500 milliards (Schistes bitumineux du Canada, pétrole lourd du Vénézuela). Cordialement

Patrice Pellissier de Féligonde 05/09/2007 10:20

Bonjour,

En réponse aux commentateurs qui se désolent de l'aparente voie sans issue que vous tracez, je me permet de mentionner "La Bulle Verte" de Robert Bell, qui est une réponse on ne peut plus positive.
Passionné depuis bien longtemps des questions relatives aux energies renouvelables et d'environnement, je sent depuis 18 mois environs que le vent souffle "enfin" dans les voiles.
L'homo economicus a sans doute une capacité à rebondir supérieure à ce que nous croyons.

Encore bravo pour votre face cachée.

Sincèrement.

Hatem MOTEMRI 23/08/2007 00:39

Je suis entrain de livre votre livre et je n'en suis qu'à la page 250. C'est le premier de vos livre que je lit. L'analyse et très pertinente. Le livre est très interessant. Cependant j'ai deux reproches:
- Vous chercher trop le sensationel pour accrocher le lecteur.
- Vous vous citez souvent (dans d'autres livre) ce qui ôte la crédibilité du livre.

Sinon le livre est le bienvenu quand on voit le boom des 4X4 et la gaspillage d'énergie dans des pays dit du tiers monde climatisation et chauffage tours climatisées en verre en plein soleil dans des pays hyper chaud.
Je lirai probabalement vos autres livres

Dominique Kuster 22/06/2007 23:21

Bonjour M. Laurent,
Je suis en train de lire votre livre qui est vraiment très intéressant.
Néanmoins, à la page 399 vous mentionnez un certain Josef Lanos qui serait un "responsable" des verts suisses.
Je n'ai jamais entendu parler de cette personne ni trouvé d'information à son sujet, ni sur le site des verts ni dans les archives du Washington Post.
Pouvez-vous vérifier et préciser svp ?

Cyril BORDERA 18/05/2007 00:21

Bonjour,

Je tiens tout d'abord à vous dire que je n'avais pas pris autant de plaisir à lire un bouquin depuis des années. J'ai été très profondément touché par votre point de vue sur la situation actuelle. Etant arrivé au Vénézuela en 1999 lors de SON arrivée, j'ai été désolé de voir à quel point la manipulation des informations est un jeu facile pour Bush, Cheney et Cie. Etant devenu Vénézuelien de coeur et de retour en France depuis 2004, j'essaie de me demander ce que feraient les Français si on leur faisait supporter un dizième de ce que le Venezuela et son Président ont enduré. Il est vrai que Chavez manque un peu de finesse mais Bush aussi et la place du pétrole vénézuelien est si importante que Bush et son administration ne peuvent pas se permettre de ne pas inventer quelque chose (cf. armes de destruction massive iraquiennes).
J'arrête là et je vous dis merci pour votre intégrité et votre manque total de langue de bois. Dommage que certains de vos collègues journalistes ne se sentent pas un peu plus libres et prêts à donner au public les vérités qui sont toujours aussi difficiles à dire.

MERCI, MERCI et encore MERCI.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents