Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site officiel d'Eric Laurent

Ecrivain et grand reporter, reportages, articles de presse, livres, parutions...


Réserves pétrolières, le grand secret

Publié par Eric Laurent sur 19 Avril 2006, 17:59pm

Catégories : #Energies

Réserves pétrolières, le grand secret.

Selon la société de consultants énergétiques Wood Mackenzie, réputée pour les renseignements confidentiels qu'elle détient, en 2003, les dix premiers groupes pétroliers ont engagé 8 milliards de dollars de recherche pour des découvertes, dont le montant commercial s'est révélé inférieur à 4 milliards de dollars ! Ce résultat survient après une période 2001-2003 marquée par un déclin saisissant des réserves prouvées. Désormais, les gisements potentiels peuvent être localisés avec une grande précision, mais, comme me l'a confié le responsable d'une grande compagnie rencontré en mer Caspienne, à Bakou : "La prospection ressemble à la chasse. Nous disposons de fusils plus perfectionnés, mais à quoi bon, s'il n'y a plus de gibier."

Le coût des recherches devient beaucoup trop élevé, face à l'insuffisance de résultat obtenue. En 2004, Herold, un autre groupe de recherche spécialisé dans l'énergie à Wall Street, a comparé les réserves déclarées par les grandes compagnies, leurs découvertes annoncées et leur niveau de production.

Conclusion : Toute leur production baissera d'ici 4 ans.

La flambée actuelle des cours et les profits affichés par ces firmes masquent la réalité : l'industrie pétrolière devient un univers aussi sinistré que l'industrie automobile ou celle de l'acier, qui ont perdu, de 1986 à 1992, un million d'emplois. Désormais, pour six barils consommés chaque jour, un seul baril est découvert , et nous sommes confrontés à une situation historique sans précédent : le déclin des réserves et de la production coïncide avec une explosion de la consommation. Dans les prochaines années, la Chine, déjà deuxième consommateur mondial importera 60% de son pétrole.

Au cours de ma dernière enquête, j'ai fait une découverte effarante : les chiffres concernant l'ampleur réelle des ressources pétrolières mondiales sont faux, qu'ils émanent de pays producteurs ou de compagnies pétrolières. En 1986, par un simple jeu d'écriture, un artifice comptable, les réserves totales des pays de l'Opep ont connu une croissance vertigineuse de plus de 65%, passant de 467 milliards de barils en 1982 à 771,9 milliards en 1991. Sans qu'aucune découverte d'importance ne justifie cette hausse. Shell a été condamné par la SEC (le gendarme américain de la Bourse) pour avoir surévalué artificiellement de 23% le montant de ses réserves. L'univers énergétique ressemble désormais à la définition que donnait Churchill de la vérité. " Trop importante et trop grave pour ne pas être protégée par des mensonges."

La production pétrolière des Etats-Unis décline rapidement depuis les années 70, comme aujourd'hui celles de la mer du Nord, du Gabon, de l'Indonésie et même de la Russie. Selon un décret promulgué par Vladimir Poutine, les réserves pétrolières relèvent désormais du secret d'Etat, et la majorité des experts estime qu'il faut diviser par deux les chiffres publiés par Moscou. Malgré les affirmations optimistes des officiers saoudiens, le royaume, considéré comme le premier producteur mondial avec, théoriquement, 23 à 25% des ressources mondiales de la planète, connaît désormais des difficultés croissantes. Pas une seule découverte depuis 1967 et sept gisements géants qui assurent à eux seuls 90% de la production du pays. Ghawar, le plus important, exploité depuis 1948, manifeste des signes sensibles de tarissement. Il faut désormais injecté sept millions de barils/jour d'eau de mer pour maintenir la pression et assurer la sortie du pétrole.

Face à ces réalités et à l'urgence des choix, les gouvernements des pays consommateurs sont terriblement mal informés et mal préparés. Sauf peut-être les Etats-Unis, où l'administration Bush a fait un choix discutable mais cohérent avec la doctrine selon laquelle "le mode de vie américain n'est pas négociable". En 1999, le vice-président Dick Cheney, à la tête du géant pétrolier Halliburton, s'inquiétait : "En 2010, nous aurons besoin de 50 millions de barils supplémentaires chaque jour. D'où proviendra ce pétrole ?" En janvier 2001, une semaine seulement après l'investiture du nouveau président, Cheney crée et préside une commission sur l'énergie dont les objectifs, les participants et les séances de travail sont entourés d'un mystère absolu. Au point qu'une journaliste réputée du Washington Post, Dana Milbank, la qualifie de "société secrète". 

 Le 17 juillet 2003, au terme d'un long affrontement juridique, la cour d'appel fédérale a ordonné de rendre public un certain nombre de documents de travail utilisés par la commission Cheney. Le plus saisissant est une carte de l'Irak, datée de mars 2001 où la commission Cheney a nettement découpé, en huit blocs d'exploitation, une vaste zone qui représente à peu près un tiers du pays, situé à proximité de la frontière avec l'Arabie saoudite. L'Irak est considéré comme le deuxième pays détenteur de ressources pétrolières de la planète. Bagdad constitue peut-être, pour des responsables américains, une alternative au déclin énergétique de Riyad.

Nous sommes probablement entrés dans une logique de "guerre des resssources".  Henri Kissinger écrivait en juin 2005 : " La demande et la compétition pour l'accès à l'énergie pourrait devenir source de vie et de mort pour beaucoup de sociétés."

Article publié dans Le Journal du Dimanche du 2 avril 2006.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lise Tremblay 29/01/2009 15:59

Bonjour

En lisant ceci, il n'est pas étonnant que Bush (et la CIA) aient tout mis en place pour envoyer les américains en Irak (2 fois plutôt qu'une) et non en Afghanistan, d'où vient la véritable menace.

Merci d'être là et de tout tenter pour que la vérité s'impose.




et merci pour votre merveilleux travail!

Jacques 19/10/2008 22:25

Dans le JDD de ce 19 OCT 08 dans un grand dossier - les énergies de demain- on voit apparaitre
" les réserves "prouvées" au rythme de production actuel" du Moyen Orient sont de 82 ans". Ayant lu "la face cachée du pétrole"* je trouve ce chiffre diablement fort!
Qu'en pensez vous ?

Cordialement

* p 187 et adjacentes

Xavier 20/08/2008 19:27

1)Les réserves pétrolières du Canada se montrent, en effet, aussi grandes que celles de l'Arabie Saoudite. Ainsi, cet argument est souvent employé par les 'optimistes'. Mais en analysant mieux le problème que Eric Laurent nous propose, on se rend compte que le problème n'est pas lié aux réserves soi-disant insuffisantes, mais bien au niveau de production. Comment le monde peut tenir le coup à une hausse de demande alors que la production ne suit pas? Et cela se révèle un problème majeur, puisqu'il nous est impossible de retourner au même niveau d'il y a 20 ans, à cause de la population mondiale qui en se moment non plus n'a pas arrêtée de monter.
Alors que, pour soutenir l'économie qui tient en vie ces millions de nouveaux-venus, un apprivisionnement suffisant est nécessaire en pétrole (sauf si on trouve dans le moindre délais une solution dans le secteur de l'énergie alternatif bien sur). En tout cas, le sable bitumineux de l'Alberta ne produira quotidiennement jamais plus que 2 million de barils par jour (notez que la consommation mondiale en ce moment consiste d'environ 87 millions de barils par jour).

2) un détail bien sur, mais aussi importante pour le cas où l'on compare la crise d'aujourd'hui avec celle des années '73 -> les réserves pétrolières de la Mer du Nord étaient découvertes déjà avant la soi-disante crise, et que, comme Eric Laurent nous l'explique dans son livre, la crise n'était qu'une gigantesque manipulation effectuée par les firmes pétrolières afin d'obtenir les fonds et de rendre profitable les réserves de la Mer du Nord et celles de la Norvège.
Maintenant par contre, les prix ont déjà dépassé celles de pendant la crise de 73-80 (même adaptées à l'inflation), alors qu'il n'y a pas de raison apparente (sauf les spéculateurs bien sur que tout le monde aime bien démoniser et avec lesquels on aime bien expliquer la hausse des prix). Le grand contraste de la crise d'aujourd'hui avec celle des années 70s est que maintenant on ne connaît pas de sources résèrves, de secours comme celles de la Mer du Nord l'ont été et que, comme en '73 il y avait une claire raison politique, maintenant les facteurs géopolitiques sont d'ordre mineur, surtout puisque tout le monde essaie de faire baisser le prix de pétrole, comme certainement le gouvernement de l'Arabie Saoudite le veut pour contrer l'inflation dans son pays et pour empêcher les profits vertigineux à l'Iran qui servent à financer ces projets nucléaires.

Xavier

Tibi 19/06/2008 18:33

En lisant votre Livre 'La face cachée du Pétrole' je me demande si l'augmentation des prix (artificielle ou naturelle) n'aide pas aussi à rentabiliser l'extraction du pétrole contenu dans les sables bitumineux de l'Alberta au Canada comme ça a été le cas pour le pétrole dans la Mer du Nord dans les années 70. On sait que le pétrole albertain est dans la mire des É.U. comme alternative au pétrole du Moyen Orient mais qu'il coûté plus cher à extraire. La aussi ce sont les mêmes grandes compagnies pétrolières qui mènent le bal.

Simon Gaillard 04/06/2008 22:20

Bonjour.
En Avril 2006, vous écriviez, en parlant des plus gandes compagnies pétrolières:
" Toute leur production baissera d'ici 4 ans "
Vous maintenez ce délai, c à d ds moins d'un an ?
Cordialement.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents