Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site officiel d'Eric Laurent

Ecrivain et grand reporter, reportages, articles de presse, livres, parutions...


PRESSE BELGE

Publié par Eric Laurent sur 7 Décembre 2007, 18:53pm

Catégories : #On en parle...

Le Soir - Vendredi 7 décembre 2007

« Il y a chez Bush le désir de racheter sa présidence par une intervention en Iran ».
Propos recueillis par Alain Lallemand.

Dans votre dernier ouvrage, vous expliquez pourquoi et comment l’administration Bush aurait déjà planifié sa prochaine frappe militaire contre l’Iran. Vous évoquez, comme Seymour Hersh en avril 2006, la possibilité de frappes nucléaires tactiques américaines avant la fin de 2008. Vous y croyez ?

Je pense que le dossier iranien, pour cette administration, de même que pour tous les candidats à la présidence, est une priorité. La grande différence entre le dossier iranien et irakien, c’est qu’il y a ici un consensus bipartisan. Mmes Pelosi, Clinton, M. Obama sont sur la même ligne que le président Bush ou M. Cheney : il n’est pas tolérable que l’Iran détienne l’arme nucléaire. Et cela est l’une des clés qui explique l’aisance avec laquelle le président pourrait s’emparer de ce dossier pour déclencher un conflit.

 

Est-ce que vous percevez cela davantage comme une tendance unanime dans le milieu politique américain, ou comme une obsession personnelle, la volonté de M. Bush de marquer la fin de son second et dernier mandat présidentiel ?

Je pense qu’il y a chez lui le désir de racheter sa présidence par cette intervention militaire, parce que l’Iran lui apparaît comme étant la principale menace pour le reste du monde. Autant le dossier de l’Irak est devenu implaidable, autant il paraît relativement fondé en ce qui concerne l’Iran. Un récent sondage indiquait que 52 % des Américains sont favorables à des frappes contre l’Iran.

Mais avec un dossier de preuve qui, si je vous lis, est tout aussi pourri que le dossier irakien : vous relevez une source de renseignement qui parle d’informations erronées à 80 %…

C’est ce qui est passionnant dans ce dossier : il y a de fortes présomptions, mais aucune preuve tangible. Traduit devant un tribunal, l’Iran serait probablement, aujourd’hui, acquitté. Mais les présomptions sont plus fortes que pour l’Irak. (…)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents